Je suis Criquette Rockwell

Notre avenir commun. Il a été tellement difficile me projeter positivement dans le futur ces 15 dernières années, que le nôtre comportait toujours un côté irréel. C’est aussi clairement pour ça qu’il m’est encore si difficile de m’imaginer achetant un appartement, au delà-même de mes réticences à accepter l’aide financière parentale, pourtant nécessaire, pour ce faire (reste traumatique merdeux d’années de relations toutes aussi merdiques avec eux). Du coup, quand on évoquait notre projet de vie commune, je m’envisageais surtout dans le tien, déjà bien délimité, lui. Un peu comme un bibelot que tu poserais chez toi, je faisais partie des objets nécessaires à ton bien-être. De nos atomes crochus, tu savais l’essentiel. Et tout ça suffisait largement à notre relation.

Lorsque nous avons discuté de New-York, tu m’as demandé ce que je voulais inclure dans le programme de nos deux semaines, je n’avais qu’un souhait : être là bas, avec toi, pour les 50 ans des émeutes du Stonewall Inn, et comme tu insistais : si elle était dans le coin, voir Bianca Del Rio sur scène (Elle était à Londres, cette grognasse, au final) et un musical sur Broadway (Le Fantôme de l’Opéra <3). Un an de préparation. Ton pragmatisme, ton enthousiasme, ta connaissance relative de New-York pour y avoir déjà passé quelques jours… C’était un projet commun, mais je me suis laissé porter par ton projet. Tout au plus me suis-je occupé du AirBnB avec toi. Les quinze jours là bas ont été formidables. Je t’en ai aimé encore plus. Si c’était possible.

J’ai décidé de m’ouvrir un peu plus à toi, même si tu sais déjà ce qui compte vraiment. Dans l’année passée, j’ai évoqué pour la première fois mes envies formicoles, mes projets d’écriture en dilettante, qui avancent, tout doucement, faute de temps et d’argent pour avoir du temps, depuis 10 ans, plus pour certains. Je t’ai parlé de Dune, du Seigneur des Anneaux et de ce que je leur dois de moi. Tu connaissais ma face queer, j’ai laissé un peu plus de place à ma face geek/nerd et à ma face couch potato (qui s’accorde bien avec la tienne pour le coup ^^). Et puis récemment, au détour d’un dîner avec Matoo, tu as appris à quel point je suis me suis lié à Dune et son univers à travers l’existence de ce blog. Tu n’as pas réclamé l’adresse. Je t’en sais gré. Je te la donnerai. Un jour. Quand je serais prêt·e. Tu le sais. Je sais que tu sais. Et je t’aime de savoir que je sais que tu sais.

Et puis les brunchs du dimanche, et nos soirées devant Netflix, ont commencé à évoquer sérieusement le fait que 2020 serait ta dernière année dans la capitale administrative bretonne. Et d’un coup, une notion de calendrier bien réel s’est insinué dans ce qui était jusque là, dans ma tête, un truc abstrait. Notre départ de Rennes aurait lieu avant l’été 2020 sans doute… Et puis on a reparlé de moi achetant un appart, de ton projet professionnel, de notre vie ensemble à venir dans la capitale morbihannaise, pas loin de chez tes parents. J’ai réalisé à quel point tu m’intégrais dans ton projet, mais pas seulement comme un objet faisant partie du bouzin, mais comme ton partenaire de vie et que tu étais le mien.

Retour de confinement, tu as entamé ton dernier semestre d’étude. Très bientôt tu seras un médecin spécialiste diplômé de l’école des médecins spécialistes diplômés. J’ai annoncé il y a plusieurs mois au boulot que je serais parti au plus tard fin 2021 pour te suivre, au moment où le calendrier est devenu concret pour moi. Mais là, ça approche. On a reparlé d’achat d’appartement de mon côté, de la maison qui va t’échoir dans les années à venir, des aspects pratiques d’une vie ensemble d’ici à douze mois, des nouvelles opportunités professionnelles qui pourraient modifier un tout petit peu tes plans initiaux. Alors quand en plus celle que tu choisis, et qui te choisit, nous met à équiproximité de mes parents et des tiens, elle me plaît d’autant plus.

Voyons, voyons… J’ai eu ma tête aux actus régionales télévisée brièvement et dans les journaux locaux, j’ai été connu·e dans un petit Landerneau, je suis donc une semi-célébrité. J’ai bossé dans la communication et les relations publiques, je suis donc une personne de médias. Je suis future femme mari* partenaire de vie de médecin. Mon torse opulent me précède de 3 secondes quand je rentre dans une pièce. Je porte des lunettes….

Mais ouiiii, c’est îne évidiiiince !

Je suis Criquette Rockwell !

(Punaise, je vais devoir revoir entièrement l’univers de ce blog)

 

 

Crédit image d’en-tête : originale ici, capture d’écran de la série Le coeur a ses raisons

*#NotABoy #NotAGirl #NotARobot

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Matoo dit :

    BON SANG MAIS C’EST BIEN SÛR !!!! 😀

    1. Leto dit :

      Purée,je viens de me relire, c’est cousu de fautes !! Va falloir que je corrige ça XD

Répondre à Matoo Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.