Enough is enough

J’ai désinstallé Grindr. Depuis 2009 que j’ai un smartphone, elle fait partie des apps que j’avais à portée de main. Je l’ai désinstallé deux fois auparavant, en 2011 en rentrant chez les parents, au fin fond du cul de la Bretagne, et en 2013 quand j’ai repris des fonctions associatives militantes. Mais les deux fois, l’envie de cul était revenue plus vite que l’éclair et je l’avais réinstallée fissa. J’ai eu, épisodiquement, d’autres applis concurrentes, mais aucune n’est restée de façon constante à part Grindr. Mais cette fois, clairement, je n’y reviendrais pas.

Le dernier plan cul recherché, et trouvé via Grindr, date d’un an et c’était à NY, avec le Duncan.

J’ai rencontré 90% de mes relations sexuelles et amoureuses des 5 dernières années ailleurs : assos, sauna, amis d’amis d’amis et autres contextes sociaux…

Je n’ai plus envie de baiser pour baiser disons le tout simplement.

Je n’ai plus tant que ça envie de baiser non plus tout court.

Oh on va sans doute se toucher un peu partout, se galocher copieusement etc. « But that’s just one small fraction, of the main attraction, you need a friendly hand and i need [affection]« 

Les câlins, les bisous, les échanges verbaux, le contact humains, me sont devenus plus essentiels que le cul.

J’ai la flemme de trouver une introduction et de faire la conversation intelligemment avec des inconnus avec juste des stats physiques sur leur profil et pas un mot sur eux-mêmes.

Je n’initie plus de conversations, tout au plus je mets des taps aux garçons que je trouve attendrissants, mignons, sexy, hot, pornographiquement motocultables.

J’ai quarante ans, et je suis trop vieux pour 75% des inscrits. Sans même qu’ils aient vu ma tête, lu mon profil ou échangé trois mots. Les jeunes sont idiots mais persuadés de tout savoir. J’étais pareil à leur âge. Je ne leur en veux pas.

Je suis polyamoureux, en relation polyamoureuse ouverte (amoureusement et sexuellement), et je le dis clairement sur mon profil. Mais du coup, je passe plus de temps à expliquer le polyamour (pas de problème ceci dit) qu’à discuter réellement d’autre chose (plus dommage).

Je ne suis ni actif dominant, ni passif soumis, ni versatile couteau suisse, c’est plus compliqué/subtil que ça, et de toute façon j’ai pas envie de baiser.

Je me prends, une fois par mois en gros, des messages haineux de monogames intégristes, que ce soit par idéologie personnelle ou parce qu’ils ont été fait cocus par un connard qui se disait polyamoureux a posteriori, et sérieux, j’ai pas le temps pour vos conneries, allez voir un psy (-chiatre, -chologue, -chanalyste, je m’en fous mais lâchez moi la grappe.)

Je reçois aussi, à environs la même fréquence, des « Oh putain, toi, t’es moche », parce que je suis petit, gros, et loin d’être une beauté consensuelle.

J’ai vidé mon profil visuellement, depuis le confinement et je n’ai pas eu l’heur d’y remettre une photo depuis.

Punaise, y a de plus en plus de pubs sur cette merde !

Alors, je scrolle, je scrolle, de profil en profil, quand je n’ai rien d’autre à foutre : dans l’ascenseur, sur les escalators, quand je suis en pause au boulot, quand j’attends quelqu’un que je dois retrouver, quand j’attends Godot.

Ce n’est plus une application de rencontre, c’est un hochet.

Allez hop. Du balai. Enough is enough.

 

 

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.