Matin Brun

le

Après les roucoulades énamourées et masculinistes (« Je vous trouve un peu molle » is the new « Moi, j’ai un gros phallus et des grosses coucougnettes ») de Darmanin à Marine Le Pen, en prime time, sur le service public, qui plus est, je nous remets ici  le texte qui a inspiré son Matin Brun à Franck Pavloff :

D’abord, ils sont venus pour les communistes.
Et je n’ai rien dit.
Parce que je n’étais pas communiste.

Puis, ils sont venus pour les socialistes.
Et je n’ai rien dit.
Parce que je n’étais pas socialiste.

Puis, ils sont venus pour les syndicalistes.
Et je n’ai rien dit.
Parce que je n’étais pas syndicaliste.

Puis, ils sont venus pour les juifs.
Et je n’ai rien dit.
Parce que je n’étais pas juif.

Et puis, ils sont venus pour moi.
Et il n’y avait plus personne,
Pour prendre ma défense.

Ce texte figurait sur ce blog il y a 9 ans dans un article un peu plus construit. Il se suffit désormais largement, à lui même. Si vous ne voyez pas le problème, vous êtes aveugle ou vous vous en réjouissez.

L’image d’illustration en page d’accueil est le visuel réalisé par Enki Bilal pour la version audio de la nouvelle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.