Être une femme amoureuse (J.s.C.R. III)

Je l’ai déjà brièvement signalé ici, et ici, je suis en voie de Criquette Rockwellisation. Et force est de constater que c’est en train d’avancer très vite…

Nous venons littéralement de nous passer la bague au doigt avec le Duncan. Mais juste la bague, hein, on fera la paperasse plus tard, d’ici la fin de l’année ou même bien avant. Me voilà désormais alourdi·e de 8.5 grammes de platine à l’annulaire gauche.

Pour celleux qui s’interrogeraient en mode « mais iel était pas polyamoureu·x·se, Leto ? », je vous rassure tout de suite, je le suis toujours, le Duncan aussi.  Notre relation est vraiment particulière, pour l’un comme pour l’autre, c’est la relation la plus easy à vivre qu’on ait eu, et ça fait 4 ans et demi que ça dure déjà.

Voilà trois ans, on s’est retrouvés monogames de fait après que nos autres relations amoureuses aient fait leur temps et on l’a vécu aussi bien qu’on vivait le fait d’être au coeur d’un polycule de personnes douces, bienveillantes et bigarrées. Le diplôme du Duncan approchant, on a commencé à ébaucher des plans sur notre futur. A deux, du coup, mais c’était encore un peu lointain. Et puis j’ai envisagé de mettre un genou en terre à New York, avant de me raviser, de façon très terre à terre : une union civile, c’est sérieux, je ne voulais pas avoir la sensation de lui forcer la main, avec une mise en scène romantique. Il valait mieux en parler cartes sur table. Ce que nous avons fait, avant de partir. Le séjour idyllique et une soirée époustouflante au premier rang du Majestic Theater, devant le Fantôme de l’Opéra, ont fait office de genou à terre mutuel.

A ce stade là, le Duncan se destinait à exercer sa spécialité en hôpital public, et on aurait été très heureux comme ça, dans la classe moyenne plus. Et puis une autre option s’est présentée, dans le privé, à l’été 2020, semblant se mettre en place à toute vitesse, nous obligeant à préciser un peu nos projets, avant de nous péter dans les doigts. (J’en parlais là) Du coup, depuis un an, une première version d’un contrat de PACS s’est trouvée dans les tiroirs. Et on a dit bye bye à ce projet là. Un peu dépités. Sauf que dans la foulée s’est présenté l’option 2 dans le privé. Et là on s’est clairement dit qu’on allait être Brett et Criquette. La vie va être confortable. Mais confortable, hein. Genre, moi qui ne payait pas d’impôts jusqu’ici, hein, là je vais passer sociale traitresse mais grave, en gros.

Le Duncan a donc quitté Rennes fin 2020. Et je dois le rejoindre d’ici la fin de l’année octobre, du coup. Et en attendant que le reste avance, il a re-re-re-re rédigé notre convention de pacs, jusqu’à ce qu’elle soit ad-hoc et nous protège vraiment bien tous les deux dans tous les cas de figure, en ne laissant personne sur le carreau et en ne laisant personne. Moi qui n’aime pas faire de la paperasse, j’ai en revanche aucun problème à la relire et à pointer ce qui me chatouille un peu dedans, et comme il est adorable, il a pris en compte tout ce que j’ai exprimé et on a donc rédigé ce texte à deux têtes, à défaut de quatre mains. On devrait le signer dès qu’un autre projet commun aura avancé, j’en reparlerai bientôt, entre début septembre et début octobre a priori.

Mais quid du coup, des autres amours éventuel·le·s me direz vous ? Et bien… Il faudra qu’iels trouvent leur place dans notre vie, sachant qu’on se débrouillera pour leur faire de l’espace autant que possible. Mais légalement, juridiquement, nous serons liés, et de multiples façons, le Duncan et moi. Les portes, les fenêtres de la relations sont ouvertes, les oiseaux peuvent passer ou s’intaller s’iels se sentent bien avec nous et qu’on se sent bien avec elleux. Et peut-être qu’on trouvera d’autres façon de les lier à nous juridiquement, de matérialiser nos vies en communs à travers des projets communs.

Mais il y a une chose indéniable entre nous, une chose durable, une entente, une facilité…   On se rend bien compte que « Tel un cas d’herpès génital, l’harmonie ne nous quittera plus » en gros. C’est du moins tout le mal qu’on se souhaite mutuellement. Et aujourd’hui, c’est symboliquement que nous avons donc été chercher les alliances qui nous attendaient depuis une dizaine de jours chez le bijoutier et nous les sommes passées au doigt.

❤️❤️❤️❤️❤️

 

 

Et pour celleux qui n’auraient pas la réf de l’herpès génital, cadeau Bonux :

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Matoo dit :

    Oooooooh !!! Haaaaaannn !!! Awwwww !!! J’adore les mariages, quelle qu’en soit la forme ! C’est trop chou, vous êtes trop chouxes !!! Plein de bisous et de bonheur pour vous. Tu vas devenir femme de médecin et demi-mondaine dans quelle ville alors ???

    1. Leto dit :

      Ah ben Vannes très probablement 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.