Blogtober 2021 – Day 26 : Relier/Connecter

le
Everybody’s got to live together
All the people got to understand
So, love your neighbour
Like you love your brother
Come on and join the band
Well, all you need is love and understanding
Ring the bell and let the people know
We’re so happy and we’re celebrating
Come on and let your feelings show
Love is all, well love is all
Love is all, can’t you hear the call
Oh, love is all you need
Love is all you need at the Butterfly Ball
Ain’t you happy that we’re all together
At the ball in nature’s countryside
And although we’re wearing different faces
Nobody wants to hide
Love is all and love is all and
It’s easy, yes it’s so easy
At the Butterfly Ball where love is all
And it’s so easy
All you need is love and understanding
Ring the bell and let the people know
We’re so happy and we’re celebrating
Let your feelings show
Love is all, yes love is all at the Butterfly Ball
Love is big, love is small
Love is free, love is all
At the Butterfly Ball
When your back’s to the wall
When you’re starting to fall
You got something to lean on
Love is everything
It can make you sing at the Butterfly Ball
Love is all, I say love is all, yes love is all
At the Butterfly Ball
Une fois n’est pas coutume, je vais mettre discrétos un peu de texte sous ce titre.

Cette chanson passait souvent à la télévision quand j’étais gamin. Pas dans les programmes musicaux ou dans les émissions, non. De temps à autres, elle poppait entre deux programmes, à n’importe quelle heure de la journée, rare, et donc précieuse, comme un outil de remplissage, inattendu, joyeux, doux et bienveillant, avec ce message simple et vrai, « All you need is love and understanding / Love is all ». Plus tard, elle a servit surtout de remplissage sur les heures tardives de la nuit. Et depuis le début des années 2000, je ne crois plus jamais l’avoir revue dans le poste de cette façon là.

J’aurais pu mettre « Quand on a que l’amour » de Brel qui s’évertue à dire peu ou prou la même chose, mais de façon plus dramatique, plus viscérale, mais  je trouve qu’on a besoin de positivité. Et cette chanson-ci est un immense cri de joie et d’amour.

L’amour c’est tout. C’est ce qui nous pousse inlassablement vers les autres. C’est ce qui nous fait prendre l’autre avec ses failles, avec ses différences et qui nous les fait dépasser. C’est ce qui nous lie. J’en ai ma claque qu’on juge comme naïf et galvaudé le discours d’ouverture à l’autre. J’en ai ma claque des connards dans le style de Zob et consorts. Et même s’il m’arrive de me poser la question de la violence, j’aimerais me sentir le temps d’un billet, le temps de cette chanson, comme j’étais à chaque fois que le l’entendais quand j’étais gamin.

Rempli de joie, d’amour et de douceur pour la vie.

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. bertri13340 dit :

    J’aime ce choix, j’aime bien le morceau !

    1. Leto dit :

      Merci ! 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.