Cuniculophilie

le

J’en vois déjà avec l’oeil lubrique parmi vous, veuillez vous resaisir immédiatement ! Foin de cunilingus ou de toute chose anale ou sessuelle dans ce billet. Que nenni. On va parler de trucs tout fluffy, de la tête à la queue, à savoir de lapins !

Parce que, voyez-vous, une des grandes passions du Duncan dans la vie, ce sont ces petites bêtes toutes choucrettes. Depuis 17 ans, et donc depuis ses 14 ans à lui, environs, mon homme élèves des lapins. Solo, à deux, parfois à trois. Quand je l’ai rencontré, il avait lapin type ‘bélier’ qui s’appelait Paraben (Ben au quotidien) et est décédé en 2018 à la fin de l’été. Je n’ai jamais eu de véritable relation avec Ben, c’était juste le lapin de mon mec.

En octobre 2018, le Duncan a acquis Silfùr/Silver, un lapin bélier nain (Minilop), tout gris clair avec des variations un peu plus sombre sur les oreilles et les pattes et du blanc sur le pompon et le bidou, d’où son nom. Sevré et âgé de 8 ou 10 semaines, il tenait presque dans la main du Duncan. J’ai fondu d’amour instantanément. Et quand il s’est avéré sociable, curieux et propre (il fait 99,99% de ses crottes dans sa litière) en 48h à peine, j’étais définitivement conquis.

Silfùr, lapin bélier nain gris
Silfùr, dans la nouvelle 🏠

Bref depuis 3 ans, je suis le beau-père d’un lapin des plus adorables, qui vivait en semi-liberté dans le salon du Duncan (et dans son immense cage la nuit et s’il n’y avait personne avec lui en journée). Et depuis 3 semaines, il vit donc avec nous à la nouvelle maison, ravi d’avoir un rez de chaussée, où il est libre de se balader partout, au moins 3 fois aussi grand que son ancien domaine en appartement. Comme pour l’instant il y a peu de fils électriques, c’est facilement rendu rabbit proof 🙂

Mais depuis le début, un des objectifs du Duncan, maintes fois repoussé, c’était de lui fournir une compagne, non pour qu’ils aient des petits (Silfùr est stérilisé) mais pour qu’il soit moins seul. Et c’est chose faite depuis le week-end dernier, puisque Janet (« Not a robot. Not a girl. ») une lapine fauve de Bourgogne, nous a rejoints à la maison.

Boy meets « Not a girl. Not a Robot. »

On craignait un peu l’acclimatation. En effet, les lapins sont territoriaux et instaurent des vraies relations de domination soumission les uns avec les autres (et le dominant de l’un peut être le dominé d’un autre, alors que cet autre est dominé par l’un, vous suivez ? En gros y a pas de hiérarchie générale, juste des relations de domination d’un individu à l’autre). Surtout que Janet fait, à 12 ou 14 semaines, largement la taille de Silfùr, adulte (et là je me rend compte qu’il est bien un lapin nain, court sur pattes et tout). Bref, on s’attendait à ce que ça se frite un peu au départ.

Tu parles, Charles. Il y a bien eu des actions de domination par le petit, montrant qu’elle arrivait chez lui : je me mets sur ta tête, j’essai de te niquer un peu aussi, même si tu râles un peu. Mais elle s’est laissée faire en couinant un peu pour manifester son mécontentement passager. Et il y a encore un peu d’actions de domination de la part de Silfùr (Je me couche plus haut que toi, je te sors de l’abris où t’es couchée, je te couvre, je montee que j’ai la côte avec nos humains en leur demandant de me câliner) Mais s’il la fait chier un peu trop, elle va juste se coucher ailleurs et il ne la harcèle pas tant que ça, me confirme le Duncan, d’expérience avec ses précédents lapins.

Et surtout, en à peine 48h, elle s’est mise à lui faire des bisous, qu’il lui rend avec parcimonie, pour justifier de son statut de dominant. Mais par contre, Zéro fight. Même le Duncan en est resté baba. Au point qu’on leur a mis en place leur enclos sous l’escalier dès avant hier et qu’il dorment ensemble depuis 2 nuit déjà et qu’ils n’en sortent que parcimonieusement (même quand on tient compte de l’effet de seuil, là où leur tapis en chanvre s’arrête.) Alors que toutes les portes de l’enclos restent ouverte et le RDC de la maison accessible… Le grand amour, a priori.

Ne vous y méprenez pas : le fait qu’elle le papouille, c’est bien que c’est lui le dominant !

Contrairement à Silfùr qui vient d’un élevage de lapins d’agréements (où les humains, tous friendly, étaient un épiphénomène et où les lapins vivaient en intérieur dans un espace assez grand). Janet vient d’un élevage de bouche, en clapiers exterieurs, avec ses soeurs, où quand un humain venait sortir un lapin, c’était généralement synonyme de « bah tiens on a pas vu Gertrude depuis ». Mais malgre tout elle est curieuse, sociable (les critères de sélection du Duncan, toujours. Même si ça n’est pas un gage de ne pas tomber surun lapin caractériel) et elle est propre (comme lui !). En gros, de sa portée, c’est elle qui a tiré le gros lot : elle sera pas mangée, comme vont sans doute l’être ses sœurs avant ou après avoir été reproductrices, et elle va être bien traitée et câlinée grave, même si pour l’instant les câlins et les bisous des humains elle découvre avec prudence 🙂

Don’t worry, Janet, you’re in the Good Place !

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. la mume dit :

    Bonsoir, mon père élevait des lapins « fauves de Bourgogne » juste la bonne taille au moment de l’abattage, ben oui ils finissaient rôtis en cocotte, en terrine, ou façon chasseur. Bref nous aimions nos lapins, mes premières chaussures furent taillées dans des peaux de lapins « de garenne ». Voilà !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.