A Propos

« Once a blogger, always a blogger.« 

Le blog en quelques mots :

Le Leto Blog existe depuis Janvier 2005, date de la trace de mon premier commentaire chez Matoo, sous un tout autre pseudo, qui a signé ma migration de mon blog précédent sur Live Space, qui racontait les moments hauts en couleurs de ma vie d’expat,  pour un an,  au Pays de Galles, à Over-blog et mon changement de pseudonyme pour Leto.

Le Leto Blog a varié : en 2006, il a migré d’Over-blog vers Free et est passé sous DotClear où il est resté jusqu’en 2009, avant d’être hébergé chez et tenu sous WordPress. La régularité de publication n’a jamais été mon fort et il y a eu plusieurs périodes de stagnation, ou de coma bloguesque, notamment entre 2013 et 2018 reflet de difficultés dans ma vie.

J’ai perdu irrémédiablement l’intégralité des articles publiés avant 2009, au gré des migrations et des back-up ratées, et une large partie de ceux publiés avant 2015 ici même. Je n’étais pas heureu·x·se toutes ces années (litote), je sais par quoi je suis passé·s, je sais les masques que j’ai porté, au fond du trou, les voir subsister en ligne m’était difficile, à un moment.  J’ai arrêté de regretter ce qui n’est pas rattrapable dans la vie.

Il se peut que certaines choses ressurgissent (j’ai deux disques durs de bordel, où, il se peut que des ébauches ou des brouillons d’articles subsistent, cachés parmis le bröl), ou que je publie de façon rétroactive (genre j’écris aujourd’hui mais je publie en date d’il y a trouze mille ans, vous suivez ?), c’est déjà arrivé dans les moutures précédentes du blog, même si ça n’a jamais été, ni n’est (Pierre), ni sera pas la règle.

Si vous vous demandez ‘Pourquoi Leto ?

Qui est Leto ?

Leto et une personne queer, assigné·e garçon, avec un passé militance LGBTQI, avec un passé de sexwork, un passé de chômage longue durée, un passé d’isolement social et un passé de dépression. Aujourd’hui, j’ai un travail, j’ai confiance en ma capacité à en trouver/en créer un autre, d’autres personnes partagent ma vie et j’ai trouvé une stabilité qui m’a fait longtemps fait défaut. Je suis un·e survivant·e.

Aussi : je suis un·e indécrottable gauchiste, tenez vous le pour dit.  (Mais au vu de ce qui précède, ça ne devrait pas vous étonner.)

Je parlerai ici du monde, de ce que j’en perçois, de ce qui m’interpelle, me fait réagir, de films et de séries, très certainement. Je parlerai aussi de moi, en parlant de moi, ou  sans parler de moi, forcément, c’est un  blog personnel. De mon quotidien ? pas sûr. Ou alors très ponctuellement, de façon cadrée. Je répondrai aux commentaires, ou pas.

Comme disait, le personnage de Chabat dans Gazon Maudit : « Je suis chez moi, et chez moi, je me balade à poil, et oui.« 

Si je veux.

Bonne lecture, bonne journée, bonne vie, et portez-vous bien.